L'enherbement en vergers d'oliviers

Publié par: Bastide Laval Dans: Oléiculture Le mercredi 3 juillet 2019 Commentaire: 0 Hit: 652

Quels sont les intérêts du maintien de l’enherbement dans les vergers d’oliviers ?

L’enherbement permanent sur le verger d’olivier peut parfois poser des problèmes de concurrence hydrique sur les arbres très jeunes plantés récemment. Mais dés que l’arbre est établi et que son réseau racinaire est largement développé, le maintien de l’enherbement permanent apporte de nombreux bénéfices.

 

-        Les bandes enherbées perpendiculaires à la pente permettent  de contenir le ruissellement pendant les orages et évitent le lessivage des sols.

-        Le produit de la tonte (trois fois par an) constitue un paillage qui aide au maintien de l’humidité et améliore la fertilité du sol.

-        La récolte  des olives à lieu en octobre novembre et décembre sur un tapis dense, une moquette d’herbe très propre. Les filets de récolte restent immaculés évitant la terre et la poussière sur les olives.

-        En agriculture biologique il est impossible d’utiliser les désherbants conventionnels et l’enherbement est devenu une solution très efficace au problème de l’entretien du sol sur la ligne des arbres.

-        Le maintien de l’enherbement favorise les auxiliaires de cultures, ces insectes qui nous se nourrissent  des parasites.

Les contraintes de l’enherbement :

-        Essentiellement le coût de la main d’œuvre supplémentaire et l’équipement en matériel de tonte adapté, en particulier pour couvrir le pied des arbres.

-        Trois tontes annuelles sont généralement suffisantes pour contenir la couverture herbacée : deux au printemps / début d’été, et une dernière avant la récolte. Le nombre d’interventions peut varier selon le type d’enherbement en place, la pluviométrie rencontrée, l’irrigation pratiquée et la fertilité du sol.

 

Et pourquoi pas le pâturage ?

En effet, on pourrait penser compter sur nos amis les moutons ou les chèvres pour faire le travail tout en couvrant les parcelles de leurs déjections qui constituent un engrais de qualité. Hélas, les dégâts observés sur le matériel d’irrigation et sur les oliviers (broutage du feuillage et transmission de bactérioses) rendent cette solution très marginale.

Commentaires

Laissez votre commentaire